24 janvier 2021 : Histoire de treuil

L’outil majeur des océanographes est la rosette qui permet de prélever de l’eau à toutes les profondeurs. Il s’agit d’une couronne de bouteilles en PVC que nous envoyons vides (et ouvertes pour ne pas qu’elles implosent sous l’effet de la pression !) et dont nous commandons la fermeture aux profondeurs désirées. Cette commande est possible grâce au câble qui relie la rosette au navire, et qui est “electroporteur”. Ce câble est enroulé sur un treuil qui sert à descendre et remonter la rosette. Tout cela semble assez simple a priori

Pourtant, c’est ici que le blues dit du “trancannage” commence.

Ce mot barbare désigne l’enroulement du câble sur le touret du treuil. Il s’agit de dérouler-enrouler plus de 100 fois par campagne jusqu’à 6 km de câble sur ce touret, de telle façon que les spires s’alignent bien les unes à côté des autres, et surtout ne se croisent pas (on dit “ne surpattent pas”).

C’est ce qui nous arrive: à chaque fois que la bobine arrive aux contact des parois du touret, le câble surpatte. Il faut alors ralentir le treuil, voire l’arrêter et redescendre, puis repartir tout doucement, ce qui fait perdre beaucoup de temps aux opérations.

Aujourd’hui, nous avons déroulé 6 km de câble car la profondeur le permettait…et Martin et François se sont démenés, en contact intense avec le constructeur, pour identifier l’origine du “tout petit défaut” (se compte en mm) source de notre problème. Grimper dans le treuil, ramper dessous (dans la poussière de rouille), l’ausculter sous tous ses angles fut leur menu du jour. Après 8 h de travail acharné, gros progrès ce soir, même si nous attendons les prochaines stations pour y voir plus clair…métier de patience et persévérance.

Martin Boudoux d’Hautefeuille sous le treuil pour prendre des mesures. © Sibylle d’Orgeval
Martin Boudoux d’Hautefeuille sous le treuil pour prendre des mesures. © Sibylle d’Orgeval
Martin Boudoux d’Hautefeuille s’extrayant du treuil. © Sibylle d’Orgeval

Plus d'actualités

Journal de bord

4 mars 2021 : Le PC scientifique et les cheffes de mission

On a très peu mentionné le poste de commandement (PC) jusqu’à présent et c’est pourtant un des points névralgiques du navire, surtout pour les scientifiques (et Martin). C’est du PC que partent les commandes de descente-montée-fermetures des rosettes, c’est au PC que se décident les orientations stratégiques, c’est le PC qui est envahi d’écrans de […]

04.03.2021

Journal de bord

3 mars 2021 : Nostalgie et grâce

La nuit dernière nous avons franchi le 40eme parallèle, cette fois porte de sortie des célèbres rugissants éponymes. Dans le sillage, quelques pétrels à menton blanc, un fuligineux et notre fidèle Serge, ce grand albatros qui nous suit de longue date… peu nous importe que ce soit lui ou un cousin, il s’appelle toujours Serge.  […]

03.03.2021

Journal de bord

23 février 2021 : Nuit d’aurores

Cette nuit, le quart est assez calme. En transit dans le secteur le plus sud de la section, on se dirige vers la station 57 (56°24 S – 78°23 E). Je (Catherine) remplis le logbook, dans une douce routine nocturne. Vers 2 h, Manu arrive au PC. « Vous avez vu comme la nuit est claire […]

23.02.2021

Rechercher