12 février 2021 : Ça roule, ça tangue, ça swing !

La mesure de l’attitude si bien décrite par Frédéric en atteste : il y a des vagues sur l’océan et heureusement pour nous, le Marion les épouse. Aujourd’hui, une belle houle de 5-6 m crêtée de blanc arrive de l’arrière tribord, qui se soulève et redescend dans un surf balancé. 

A l’intérieur, une autre aventure. Le navire roule d’un bord sur l’autre (ou tangue si le mouvement est d’avant en arrière), rendant l’espace intérieur très instable. La démarche devient flottante dans les coursives, jusqu’à se cogner d’une paroi à l’autre, la seule source d’ivresse ayant pour nom « roulis ». Croiser l’autre demande un ajustement, surtout quand il est britannique car il se serre naturellement à gauche. Avancer droit requiert une posture diagonale, diagonale qui s’inverse tel un métronome lorsque le roulis change de bord. Traverser un local peut être soudain précipité…ou devenir ardu. Les objets volent dans le PC scientifique, gare aux tasses, bottes ou casques mal accrochés…voire souris volantes. Certes, avec le retour de roulis, tout revient (ce qui permet de les récupérer au vol) mais non sans un certain fracas. Fracas voire tintamarre dans l’office quand les plateaux se mutent en cymbales. Un moment d’inattention et la chaise (et son passager) partent à leur tour à l’aventure : on a vite fait de s’inviter à la table des voisins, et même de façon plus ou moins acrobatique sur leurs genoux…devant une soupe qui a quitté son assiette.

Moment ultra critique d’instabilité, la douche. Une règle d’or sur un bateau est « une main pour toi, une pour le bateau » et …la 3ème main du shampoing ? Le rideau balance, l’eau déborde dans la salle de bain, la glissade n’est jamais loin. Ne parlons pas de l’acrobatique opération d’habillage qui s’ensuit.

Tout ceci requiert de mobiliser adresse et musculature (de compensation) peu ordinaire. A propos de muscles, pousser une porte (qui sont très lourdes) peut devenir athlétique, monter un escalier se transformer en ascension, le descendre en instant de vertige…et ne parlons pas de la balle de baby-foot qui n’en fait qu’à sa tête, fallacieux prétexte de palabre pour les mauvais joueurs !

Et pendant ce temps, le Marion épouse la houle…

Prise de vue de l’avant du Marion-Dufresne en le repositionant de facon verticale afin de réaliser les angles d’inclinaison @ Christophe Cassou, CECI, France

Plus d'actualités

Journal de bord

4 mars 2021 : Le PC scientifique et les cheffes de mission

On a très peu mentionné le poste de commandement (PC) jusqu’à présent et c’est pourtant un des points névralgiques du navire, surtout pour les scientifiques (et Martin). C’est du PC que partent les commandes de descente-montée-fermetures des rosettes, c’est au PC que se décident les orientations stratégiques, c’est le PC qui est envahi d’écrans de […]

04.03.2021

Journal de bord

3 mars 2021 : Nostalgie et grâce

La nuit dernière nous avons franchi le 40eme parallèle, cette fois porte de sortie des célèbres rugissants éponymes. Dans le sillage, quelques pétrels à menton blanc, un fuligineux et notre fidèle Serge, ce grand albatros qui nous suit de longue date… peu nous importe que ce soit lui ou un cousin, il s’appelle toujours Serge.  […]

03.03.2021

Journal de bord

23 février 2021 : Nuit d’aurores

Cette nuit, le quart est assez calme. En transit dans le secteur le plus sud de la section, on se dirige vers la station 57 (56°24 S – 78°23 E). Je (Catherine) remplis le logbook, dans une douce routine nocturne. Vers 2 h, Manu arrive au PC. « Vous avez vu comme la nuit est claire […]

23.02.2021

Rechercher